Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Centre d'Étude et de Recherche sur Imaginaire, Écritures et Cultures


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Libres variations sur le sacré dans la littérature du XXe siècle

    Libres variations sur le sacré dans la littérature du XXe siècle

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Libres variations sur le sacré dans la littérature du XXe siècle, CRI n° 35, sous la direction d'Arlette Bouloumié, Presses de l'Université de Rennes, octobre 2013, 209 pages, ISBN : 978-2-915751-52-9.

    Résumé :

    La persistance du sacré dans la littérature après la crise religieuse qui a affecté le XXème siècle, marqué par le mot célèbre de Nietzsche sur la "mort de Dieu" et par le silence de Dieu à Auschwitz, fait l'objet de cette étude.

    Chez des auteurs qui ont pris leurs distances avec les croyances religieuses traditionnelles, notamment chrétiennes ou musulmanes, le sacré se métamorphose. Sont étudiées, dans la littérature française et francophone du XXème siècle, les oeuvres de Joseph Delteil, Paul Morand, Albert Camus, Julien Gracq, Michel Tournier, Jean-Marie-Gustave Le Clézio, Philippe Le Guillou, mais aussi des poètes comme Blaise Cendrars, Eugène Guillevic ou Jean Grosjean, auxquels s'ajoutent un auteur allemand du début du siècle, Franz Kafka et un auteur francophone marocain, Abdelhak Serhane.

    Les aspects les plus divers du sacré sont dégagés, qu'il s'agisse du "sacré noir" ou du "sacré cosmique". La resacralisation du monde profane qui remet en cause la définition même du sacré par la séparation du profane, comme la sacralisation de l'art considéré comme le détenteur d'une nouvelle forme de sacré, apparaissent comme les grandes tendances de cette littérature.

    Ainsi le sacré apparaît-il au XXème siècle, plus proche de l'homme et du monde quotidien. Qu'il se manifeste dans la Nature, dans l'Art ou dans la Poésie, l'incarnation lui est nécessaire, conciliant élan et enracinement.