Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Centre d'Étude et de Recherche sur Imaginaire, Écritures et Cultures


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Métiers et Marginalité dans la Littérature

    Métiers et Marginalité dans la Littérature

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Métiers et Marginalité dans la Littérature, CRI n°30, sous la direction d'Arlette Bouloumié, 2004, ISBN : 2-915751-01-3

    Résumé

    Quel point commun y a-t-il entre l’éboueur et l’alchimiste, le guérisseur et la prostituée, le bourreau et l’astrologue, le fossoyeur et le boucher, l’embaumeur et le sorcier… ?

    A première vue aucun, si ce n’est que ces activités et ces métiers parfois transmis de génération en génération ont été, selon les lieux et les époques, relégués aux marges des sociétés qui les ont tantôt combattus tantôt tolérés sans jamais totalement les accepter.

    L’autre point commun entre ces hommes et ces femmes contenus aux confins du groupe dominant est sans doute leur rapport intime avec les limites acceptables et acceptées du corps et de l’esprit, et leur commerce quotidien, souvent exercé au service ou au nom même de la collectivité, avec l’impur (les déchets, le sang, le sexe…) ou l’inconnu (l’âme, le savoir, l’avenir…).

    Ce numéro des Recherches sur l’Imaginaire éclaire le recours dans la littérature à ces figures et ces métiers insolites par les écrivains et le sens qu’il convient de leur donner comme révélateur, parfois en creux, des valeurs et des préjugés d’une époque.

    Nouvelle rubrique Comptes rendus qui propose des analyses d’ouvrages traitant de l’imaginaire et du symbolisme dans le champ littéraire.